Le Blogue Intégral
"C'est le refus de la médiocrité qui force le talent et l'originalité ."
_________________________________________________

__________________________________________________

Éditorial

Citoyens Haïtiens Indignés

Il est venu le temps de nous mobiliser activement autour des technologies, par delà les distances géographiques, pour réaliser les connexions intelligentes afin de luetter collectivement contre les multiples formes d'exclusion et d'indigence qui nous menacent. Ce blogue se veut un espace de connexions citoyennes. Il est dédié aux échanges qui promeuvent des réflexions porteuses  de pensée critique et d'indignation contre toute forme de soumission, fût-elle, professionnelle, politique et/ou médiatique

Lire la suite...

Célébrons la pensée critique

Connexions citoyennes

L'indigence grandissante qui inonde la société haïtienne impose aux acteurs médiatiques et culturels des stratégies qui menacent la pensée critique. Un réseau PME constitué de politiques, de médias et d'experts de la société civile se met en place pour nourrir la désinformation et abrutir les masses. Il importe aux citoyens avisés de dresser le rempart contre cette arme d'abrutissement massif. Dés lors, une double perspective de veille citoyenne et institutionnelle nous oblige à construire nos propres réseaux de partage pour activer des connexions intelligentes afin de contrer la paresse, l'autocensure et la soumission des médias officiels. Car, c'est le manque d'engagement citoyen qui renforce les tourbillons et nourrit les vents contraires de l'indigence politique.

Lire la suite...

Invitation au doute

Logo Echec Succès

Toute certitude qui n'est pas traversée par le doute n'est qu'opinion, préjugé, fausseté ou imposture. C'est ce que Bachelard nous a enseigné dans la formation de l'esprit scientifique. En effet, il nous dit que: "Les révélations du réel (savoir) sont toujours récurrentes....l'on connait toujours contre un obstacle, contre une connaissance antérieure, contre un préjugé". Partant de ce postulat, il n'est nullement incorrect de croire que c'est le doute qui, tel un rayon de lumière, projetant une forme ombrageuse sur le mur de nos préjugés, vient éclairer les reliefs des obstacles à contourner pour aller de l'avant.  Se laisser gagner par le doute, c'est accepter une mutation vers le savoir. Etes-vous prêt à vous laisser traverser par le doure pour vous rajeunir spirituellement ?

Lire la suite...

Les bonnes écoles haïtiennes : du mythe à l'imposture

Logo EducationTransformation

Qu'est ce qu'une bonne école ? Comment distinguer une bonne école d'une mauvaise école ?  Evidemment, en allant aux sources de l'éducation et de la démocratie, on se rend compte que parler d'école, c'est parler d'un cycle complet de scolarisation, d'instruction, d'éducation et de formation au bout duquel il résulte une transformation comme finalité sociale. De ce lieu, Il découle logiquement que la qualité de l'école ne peut être évaluée qu'à travers une mission; c'est à dire une capacité à transmettre des savoirs, des valeurs permettant de mobiliser des individus, au nom de causes nobles, pour agir et transformer leur environnement.  Autrement dit une bonne école est reconnaissable à l'empreinte ethique et intelligente laissée par les hommes et les femmes qui l'ont fréquenté

Lire la suite...

Lettre au Journal de Montréal suite à l'article sur les  migrants haïtiens

Logo Resistanc haiti

Une vague de migrants haïtiens a déferlé sur Montréal entrainant, dans certains journaux canadiens, des réactions assez incisives contre les élites haitiennes. Il faut dire que les propos des québecois sonnent assez justes dans leur dénonciation de l'irresponsabilité des "élites haïtiennes qui échafaudent toute sorte de théories" mafieuses pour détourner la colère des haïtiens tout en maintenant leur monopole sur les ressources du pays au détrimnent de l'immense majorité condamnée à fuir.  Cependant, il faut regretter que les tenants de ces propos n'ont pas eu l'honnêteté d'aller au-delà de l'évidence pour rappeler et condamner le soutien indéfectible des diplomates et des officiels canadiens accrédités en Haïti à ces mêmes élites qu'ils declarent "puantes". 

Cette hypocirise nous a poussé à adresser une lettre au Journal de Montréal pour rappeler les connivences des élites politiques canadiennes avec les élites mafieuses haïtiennes.

Lire la suite...

Passer de l'indigence à l'intelligence judiciaire

JusticeEfficace

Une société dans laquelle les citoyens sont privés de leur droit et où la justice n'existe pas ne peut être qu'une société indigente. Le constat de l'indigence du système judiciaire haïtien a été dressé dans le document de politique générale du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique rédigé par la commission préparatoire à la réforme du droit et de la justice en Haïti. Dans ce document, avec une rare eloquence, il est dit que: "l'administration judiciaire haïtienne participe d'un modèle idéologique d'exclusion" qui induit une " justice inaccessible, inefficiente, inadaptée, dilatoire et irrespectueuse des droits fondamentaux" . cette indigence conduit à "une société privée de services juridiques". 

Ce constat posé, il devient urgent de savoir comment inverser cette situation ? Comment assurer une mutation intelligente de l'administration judiciaire haïtienne ?  Comment passer de l'indigence à l'intelligence judiciaire ?

Lire la suite...

Quelle gouvernance pour le système judiciaire haïtien ?

Logo SIGOJ

L'aventure de l'état de droit en haïti a débuté en 1993 à travers une déferlante expertise portée par de nombreuses missions. En 24 ans, de 1993 à 2017, Haïti a exploré  et expérimenté la diversité des sigles ONUSIENS : MICIVIH, MINUHA, MANUH, MIPONUH, MINUSTAH et bientôt MINUJUSH; sans compter les dizaines de projets parralèles portés des organisations non gouvernementales financèes par les puissants bailleurs que sont l' Agence Amérciaine de Développement (USAID), l'Union Européenne (UE), l'Agence Française de Développement (AFD) et l'Agence Canadienne de Développement International (ACDI), pour citer les plus connus. Pourtant, malgré cette panoplie de mission soutenue par des experts, si l'on en croit les titres revendiqués, la justice haitienne n'en est pas moins malade.

Qui gouverne la justice haïtienne ? Quels outils méthodologiques et technologiques supportent les décisions de l'administration judiciaire ? Quelle innovaton de service l'expertise ONUSIENNE et internationale a t elle laissé pour la performance des servcies juridiques qui font défaut cruellement à la population et qui traduisent l'inefiicacité du système judiciaire ?

Ce texte invite à réflechir sur l'outillage méthodologique et technologique nécessaire au soutien d'une vraie réforme de la justice. Une invitation à penser tout simplement la gouvernance judiciaire haitienne.

Lire la suite...

Haïti : d'une éclipse à l'autre


EclipsePermanente

Il y a des éclipses astrales lointaines qui reviennent sur un cycle long et qui induisent une parcelle d'obscurité qui fascine. Il y en a d'autres, plus proches, plus durables, qui sont le fait des hommes, des groupes sociaux et qui impactent nos vies plus lourdement par l'absence de justice, d'éthique, d'intelligence et d'honneteté. Eclipse permanente induisant une totale opacité qui sert de décor ou de zone de confort pour la réussite des hommes de peu qui  appartiennent à la médiocrité plurielle.

D'une éclipse à l'autre, c'est la même part d'obscurité qui diffuse une parcelle d'obscurité captivante ou angoissante selon le cycle et la durée. Histoire de nous rappeler qu’Haïti a un immense besoin d'intelligence, de justice et d'éthique pour s'extraire de la trajectoire de cette éclipse permanente qui permet à la médiocrité plurielle de triompher…..de tout et sur tout.

Un article qui s’inspire du phénomène des éclipses pour décrire la réalité haïtienne.

Lire la suite...

Cette médiocrité plurielle qui nous va si bien

La mériodcrité plurielle

Depuis le triomphe du pouvoir Tet Kale, notamment dans sa version 2, ll est devenu commode et même un effet de mode de dénoncer la médiocrité en Haïti. C'est comme si tous les secteurs de la vie nationale avaient soudainement pris conscience de la clochardisation de la représentativité politique et médiatique. Pourtant, ce n'est pas la seule forme de médiocrité qui règne en Haïti. Certes, l'absence de vision de nos politiques et leur incompétence à trouver des solutions aux problèmes de notre société est un écho de cette médiocrité. Mais l'éditorialiste, qui, par accointances ou subventions interposées, célèbre les "petites actions" de ces politiques comme d'eclatantes victoires caravanesques ou de vibrantes notes de stabilité, est aussi un médiocre. Aussi convient-il mieux de parler, en Haïti, de médiocrité plurielle tant chacun de nous est à sa façon un peu médiocre ou médiocrement compatible.

Du coup, la question n'est plus de savoir qui est médiocre et qui ne l'est pas ? En Haïti, actuellement, on s'intéressera davantage de savoir à quelle forme de médiocrité chacun appartient ? 

De la médiocrité politique à la médiocrité éthique, de la médiocrité professionnelle à la médiocrité humaine, on retrouve l'expression diversifiée d'une même indigence célébrée et médiatisée pour sécuriser une certaine zone de confort.

Une réflexion qui invite à bousculer notre indigence collective pour oser penser la complexité haïtienne à travers des actions éthiques.

Bonne lecture 


Lire la suite...

Organisations haïtiennes et responsablité sociétale

Triskène symbolisant l'agir humain


De nombreux enjeux macro-économiques, environnementaux et technologiques questionnent les modes d'agir de nos sociétés et interrogent nos interactions avec notre écosystème pour la préservation de notre climat et la survie de l'espèce humaine. C'est dans cette capacité à concilier nos intérêts immédiats et ceux des générations futures que se trouve la clé de l'intelligence éco-éthique garante du développement durable.

Dans cette lutte, chaque action, chaque geste compte et participe de l'équilibre ou du déséquilibre qui nous permettra de continuer ou de discontinuer notre aventure sur terre. Ainsi, il y va également de nos rapports individuels avec nos institutions et organisations, de nos rapports avec nos territoires, des rapports de nos organisations avec la société.

Dès lors, se pose le problème des liens existant entre les enjeux macro-économiques à l'échelle de nos territoires et les enjeux micro-économiques à l'échelle de nos sociétés. Une entreprise, une association, une organisation a-t-elle le droit de ne s’intéresser qu'à ses activités de profit, qu'à son business en négligeant , voire même en mettant en péril les intérêts de la communauté, de la société dans laquelle elle évolue ? Existe -t-il un cadre règlementaire qui dicte le comportement et les réflexes que doivent adopter les entreprises et les organisations au niveau de chaque pays pour concourir à leur équilibre particulier et à l’équilibre global de la planète ? Les entreprises ne sont elles pas redevables envers la société dans laquelle elles évoluent ?

Qu'en est il pour Haïti ? Quelle place les entreprises et les organisations haïtiennes accordent-elles à la démarche de la responsabilité sociétale ? A quel engagement éthique souscrivent les organisations et les entreprises qui évoluent en Haïti ? Les concepts d'entreprises responsables et d'organisations citoyennes ont-ils un sens en Haïti ? Quelles valeurs motivent et animent le leadership économique, politique et culturel qui veille à la cohésion sociale ? Que disent les faits ?

Voici, dans la lignée de nos réflexions citoyennes, à travers un traitement original, un regard critique sur les dialogues tumultueux entre les organisations haïtiennes, les parties prenantes de la société et les enjeux des normes de responsabilité sociétale. Il s'agit ici, non pas de reprendre la litanie des normes et des références de la responsabilité sociétale, mais bien plus de les évoquer, en questionnant l'univers de l'agir haïtien dans la recherche permanente d'un fonctionnement harmonieux pour la société haïtienne. Il s'agit aussi de réfléchir sur les fondements de notre capacité collective à questionner nos savoirs pour faire émerger une pensée capable de nous conduire vers l'action éthique comme source de mutations intelligentes.


Bonne lecture


Retour au menu                                                                                                            Lire l'article

Les failles de nos succès indigents

haiti corruption généralisée
IIl a fallu d'une petite secousse de 4.3 sur l'échelle de Rietcher au sud-ouest de Thomonde pour ramener HAÏTI à l'évidence des irresponsabilités de ses élites économiques, politiques, sociales et culturelles.  Une irresponsabilité qui révèle une part de notre indigence, pourtant, collectivement célébrée comme de menus succès.
 
Succès dont les murs portent les fissures engendrées par les failles de nos impostures. Seules, de temps à autre, des secousses sismiques, viennent révéler notre immense vulnérabilité dans l'attente de la rupture de la grande faille qui nous emportera tous. Ce qui donnera peut-être aux humoristes de Charlie Hebdo l'occasion de trouver une preuve de l'existence de Dieu en titrant pour la circonstance : " Dieu existe, il a englouti la vermine corrompue d'Haïti."
 
Evidemment, cette perspective ne nous réjouit guère, car nous ne sommes pas certains que forcément les personnes les plus corrompues seraient englouties en cas de nouvelle catastrophe. Sauf si, pour des raisons de justice immanente, un séisme sélectif, savamment mesuré et circonscrit par la nature clémente en viendrait à se produire. N'empêche pourtant, que chaque secousse révèle la vulnérabilité de tout un peuple. Et même, qu'on ne peut s'empêcher d'observer que, l'instant d'une onde sismique, la vulnérabilité et la peur avaient, hier, changé de camp.
 
En effet, ceux et celles qui vivent dans les forteresses de béton armé, de blocs vibrés et de fer forgé ont dû trembler et chercher une voie vers la rue en ressentant les secousses provoquées par l'onde au sud-ouest de Thomonde dans l'après-midi de 2 septembre 2017.
 
Fortuitement, en ces instants, qui lézardent nos impostures, la rue n'a jamais été demeure plus confortable. Pourtant, c'est là que vivent des milliers d'enfants et d'anonymes qui, dans la plus grande indifférence, vaquaient, sans risque, à leur insouciance. Eux, ne connaissent pas la peur que provoquent les fissures des murs des bâtiments puisqu'ils n'ont jamais eu que la rue comme demeure. Ils n'ont même plus peur pour leur vie, car ils la risquent à chaque seconde, à chaque coin de rue pour survivre. Ils ont fini par atteindre cette insouciance qui projette, en grandeur nature, les plans des failles de l'édifice social haïtien.
 
Ces failles qui lézardent les murs de nos succès indigents. Ces failles qui se propagent à tous les étages de notre société et nous font partager la même réalité indigente. Une vulnérabilité collectivement partagée. Preuve s'il en est de cette médiocrité plurielle qui nous condamne à nous adapter pour survivre plutôt que de trouver le courage et la bonne intelligence pour vivre dans la dignité.
 
Tel est le sens des nombreux articles, certes agaçants et dérangeants pour certains, que nous ne cessons de partager. Ils visent exclusivement à attirer l'attention sur l'imposture d'un peuple qui refuse de questionner son histoire pour sortir du piège de son adaptation à l'indignité. Ils cherchent à questionner cette forme de médiocrité, appelée malhonnêteté, qui ne pousse d’aucuns à préférer l'image des cartes postales plutôt que d'affronter la réalité pour la changer.
 
Voilà pourquoi ils sont nombreux, dans la bourgeoisie d'origine arabo-syrienne vivant en Haïti et la petite bourgeoisie mulâtre haïtienne, à être nostalgiques de la dictature des Duvalier. Et voilà pourquoi aussi, ils soutiennent, à bras le corps, toute dignité et intelligence désarmées, toutes les indigences qui peuvent nous y ramener. Ah qu'il devait être silencieux et calme, ce temps où Fort Dimanche grouillaient de cadavres et grandes gueules comme la mienne torturées par les officiers de l'armée indigente. Ah, qu'il devait être porteur d'opportunités ce temps de paix des cimetières et de beauté factice des cartes postales qui gomment la misère de millions d'êtres humains.
 
Voilà 213 ans que nous vivons sur cette partie de l'île traversée tous les 6 mois par le cycle des ouragans et secouée périodiquement par des séismes, pourtant il n'y a aucune mesure incitant à construire durablement dans ce pays. Pour l'histoire, il faut rappeler que les sites abritant les facultés d'architecture et de génie civil ont été les premiers à être emportés par le séisme. Preuve s'il en fallait de l'imposture de nos savoirs.
 
Et oui, malgré le climat inclément qui devait nous pousser à être plus exigeant et responsable, nous avons préféré les petites opportunités qui nous conviennent ; oubliant que nous faisons partie d'un tout vulnérable à renforcer, à structurer. Que de carnavals nous avons célébré de 2010 à 2017  ! Que d'états d'urgence avons-nous décrété ! Et pour quels résultats ? Qu'avons-nous fait collectivement pour empêcher un autre 12 janvier 2010 ? Hélas pas grand-chose. Et même qu'il est à se demander, si nous n'avons pas baissé les standards. Il y en a qui sont d'avis contraires, comme ce lecteur (Steve) qui a posté un commentaire assez insultant à la suite de notre article sur la responsabilité sociétale.
 
Cela nous permet de rappeler que ce n'est pas d'insulte et d'arrogance qu'Haïti a besoin, mais d'intelligence, d'éthique et de justice pour reconnaitre et accepter la vérité sur notre médiocrité collective. Aussi, si vous n'aviez eu le temps ou le courage d'affronter la vérité et de lire nos articles je vous invite à les lire ou à les revisiter pour comprendre les lignes de faille qui structurent nos savoirs, nos succès et nos suffisances.
 
Des lignes tracées dans l'irresponsabilité, l'imposture, l'impunité. Des failles qui structurent des paradoxes historiques et académiques. Un passé glorieux qui fait des clins d'œil éclatants à l'histoire dont le présent indispose pourtant par ses indigences. Des succès académiques et des titres prestigieux qui ornent les pages de notre littérature et de notre culture sans nous empêcher guère de nous accommoder de toutes les médiocrités sans indignation et révolte.
 
Etrange pays que Haïti qui ne peut supporter une seconde, sans frémir, une secousse au-dessus de 4 sur l'échelle de Rietcher, mais qui peut supporter, deux siècles durant, sans broncher, des secousses au-dessus de l'imaginable sur l'échelle de la corruption.
 
En effet, n'est-il pas incompréhensible, voire illogique, qu'un pays puisse être autant fissuré par la corruption et la médiocrité sans que cela ne provoque aucune émeute et révolte collective ? Pourtant, il est admis qu'aucun être humain, doué de la plus petite parcelle de dignité du fait de son intelligence, n'accepte sans révolte de se soumettre à l'indignité, même sous la contrainte ; à moins d'être une part, consciente ou inconsciente, de cette indignité.
 
Tel est le message que laissent retentir les articles que nous publions sur ce blogue et que nous vous invitons à lire, à revisiter et à partager dans vos propres réseaux. En ces temps d'escroquerie médiatique, nous devons savoir nous connecter intelligemment pour relayer et diffuser des messages d'intelligente colère, capables d'allumer l'étincelle de notre dignité pour flamber l'horizon de nos vies afin de faire reculer l'obscurité qui nous enfume. C'est même une exigence de survie et d'auto-défense intellectuelle. Car si la médiocrité et la corruption triomphent avec tant d'éclats dans un pays et que l'opinion publique s'en accommodent, c'est parce que le réseau médiatique et culturel est incompétent ou animé par une escroquerie intellectuelle,
 
Merci de prendre connaissance de ces articles qui cherchent à faire émerger une étincelle de dignité pour éclairer les failles de nos irresponsabilités .......Voici par ordre de publication 3 articles que nous vous recommandons.

Les bonnes écoles haïtiennes, entre mythe et imposture

Tout en vous souhaitant bonne lecture, nous profitons du contexte de cette secousse pour rappeler à votre attention notre immense vulnérabilité  à travers un texte libre qui se veut une inspiration spontanée que je juge opportun de partager avec vous:

Presque Sept ans déjà,
Depuis que la vie a repris
Coulant sans grand fracas
Mais laissant planer sur nos abris
la même vulnérabilité
portée par l’irresponsabilité
de nos petits arrangements avec la médiocrité
 
Et puis, un jour,  en une seconde
passe l'onde
qui, rouvrant les fissures
béantes de nos impostures,
ravive ces peurs
qui étalent la nudité de nos frayeurs
 
Et là, en ces instants
Qui gèlent le temps,
sans réfléchir, nous courons :
tous, vers la rue, nous migrons
Et tel qui l'aurait entendu
ou même vu
Ne l'aurait pourtant cru
 
Aux heures
D'immense désespoir
Les abris dérisoires
A même les trottoirs
Font de reposantes demeures

Intégralement vôtre.

Retour au menu                                                                                                         

De l'humour et de la politique : cocktail indigeste

pepe rive match fini
Lorsqu'il se présente pour solliciter le suffrage du peuple, le politicien fait semblant de reconnaitre le droit souverain du peuple. Et là, comme en pareille comédie, il est prêt à lui manger dans le creux da la main; à lui faire des lavements des pieds, sans attendre le jeudi saint; et même qu'il pourrait se risquer, si l'occassion se présentait à faire du "bouche à cul" pour prouver combien le peuple lui est cher et compte à ses yeux.

Mais, une fois le cirque électoral terminé, le souverain éphémère redevient ce rien méprisable qui doit êtrre sacrifié sur l'autel des intérêts mafieux et douteux. Et pour cause, car comme le dit le proverbe, l'homme aux abords du pouvoir n'est pas l'homme au pouvoir. Dans ce nouveau rôle de représentant de l'état, il faut se montrer redevable envers les "petits amis du secteur privé" et envers ceux qui avaient financé ouvertement ou secrètement la campagne électorale du candidat devenu à présent " officiel ". L'heure n'est plus au lavement des pieds du peuple, mais à l'écrasement du peuple sous les pieds. 

Et quand, dégouté de cette confrérie de crapules qu'est devenu l'état haitien, le peuple, sentant ses droits bafoués, ses intérêts méprisés et sa dignité étouffée, cherche à imposer sa cadence, en identifiant les acteurs qui décident en son nom, pour reconquérir son droit souverain, quitte à faire entendre le seul langage que comprennent les élites délinquantes et les élus indigents, là il est assimilé à la popuplace, il devient une meute de chiens cherchant des os à ronger ou des cadavres à dépecer pour se délecter dans une ivresse jouissive de déchoukeurs.

Tous les politiciens mis en lumière sur la scène politique haitienne obéissent à un même code de déshonneur et à une même fébrilité intellectuelle qui les rendent intolérants à la critique et imperméables à l'humour. C'est au peuple qu'il appartient d'être intelligent pour redevenir souverain comme disait Victor Hugo. Et pour ce faire, il a besoin d'éclaireur pour lui dire que partager un même amour pour le beau foot-ball ne fait pas de nous des alliés politiques. Le peuple a besoin d'un avant-garde pour lui faire comprendre que tenir un discours juste et circonstancié sur un fait d'actualité n'est pas l'expression d'une conscience politique de classe. Le peuple a surtout besoin de prendre conscience que se retrouver à plusieurs comme opposants d'un même régime ne nous fait pas partager les mêmes valeurs encore moins avoir les mêmes intérêts. 

Dans la lutte contre les forces sociales qui transforment la vie des masses laborieuses et des citoyens honnêtes en échec pour maintenir les privilèges des exploiteurs de la finance et du secteur privé, il faut mobiliser le maximum d'intelligences pour éclairer la nuit des impostures haïtiennes. car les alliances politiques durables se construisent non sur des discours circonstanciés et sur des liens etablis autour des futilités de salon, mais sur des intérêts de classe.

Voici un texte rédigé à la suite de quelques messages échangés avec un sénateur de la république sur un dessin qui simule une mise en contexte de la réalité sociopolitique actuelle transportée sur un terrain de foot-ball.

Bonne lecture.


Retour au menu                                                                                                                    Lire l'Article



Commentaires sur les inquiétudes de Clarens Renois

Indigence Politique

Comme beaucoup d'entre vous, j'ai écouté la bande audio de Clarens Renois, traduisant ses inquiétudes sur la conjoncture politique, et je ne peux qu'applaudir. Comme on pouvait s'y attendre, la tonalité est maîtrisée, le texte bien rythmé. C'est visiblement un locuteur à l'aise dans son punch. Bravo.

Toutefois, on peut relever des bruits de fond qui rendent le message discordant. Juste quelques commentaires.


Lire l'article                                                                                                               Retour au menu

Mon Utopie Citoyenne : et si seulement ?

Utopie Citoyenne

Juste quelques mots pour dire l'indicible dans une prose vagabonde et libre. Juste un partage d'idées sans contraintes de styles, saus  faux titres et sans prétention éditoriale. 

Juste des phrases jetées au hasard de mille interrogations exclamatives pour combler les marges des rives qui mènent de l'indigence à l'intelligence, de la politique à l'éthique. 
Bonne lecture.


Retour au menu                                                                                                                    Lire l'article

Haïti et le business de la militance politique

Strucrure de l'indigence
Chaque fois que la rue se dresse
Comme rempart, pour repousser
l'indigence en cru, 
Tels des éboueurs à contre sens,
des factions de la société, en légion. 
masquées, casquées et drapées
dans leurs oripeaux de souillures
Se lèvent à leur tour et se mettent à obstruer
davantage tous les canaux
Afin d'empêcher le passage
des basses eaux humaines

Dans leur innommable forfaiture,
ces factions participent à la recrudescence des eaux.
Elles  nourrissent l'indigence haïtienne
comme une marée haute inondant
un bateau à bâbord et à tribord.
Qu'importe leur grand âge,
et leur médiatique tapage,
sur la nécessité de curer les ordures,
elles sont toujours du même bord
privilégiant lerus accointances malsaines
et viennent toujours prêter mains fortes à l'indigence.

Ce sont l'Église, l'Université, la Presse, 
la Bourgeoisie, la Police et la Justice.
Dans leur rôle d'enjoliveuses de détritus humains,
elles assurent par moment l'indélicate mission de faire le pont
entre la racaille assurant le leadership politique
et les imposteurs qui battent la grande caisse sur le pavé.
Ensemble, ce beau monde forme la brochette des acteurs
qui jouent la scène de nos malheurs.

Parmi eux, les acteurs du béton, 
en bons caméléons, ont appris à percevoir au loin
les nuages de la météo politique.
Aussi finissent-ils toujours par prendre la couleur du temps
pour se mettre dans le sens du vent.
Ainsi, il suffit qu'en haut lieu on fasse miroiter
les reluisantes perspectives en bénéfices économiques
que déjà s'annonce la fin des hostilités sous forme de trêve.

Ainsi, des couloirs de dialogue sont promus et maintenus
Pour faciliter leurs subtiles et non moins renversants détours.
Un jeu d'enfant pourtant, quand on a la morphologie
adaptée à la posture de la danse à plat ventre.
Et comme, lls ont aussi la dextérité vocale,
Ils parviennent facilement à ces tours de chant magique,
qui font passer  leur parole de la violence des cris de douleurs de la rue 
aux douceurs et vertus des dialogues entre malotrus.

Là, dans leur imposture,
Qui brille des feux de l'enfumage,
Ils s'arrangent sans bruit,
Entre acteurs étatiques, ecclésiastiques
Non étatiques et médiatiques
Et  soudain, comme neige fondant au soleil,
La contestation politique et citoyenne,
sans fracas et tourments,
Cesse jusqu'aux prochains revirements.

Ainsi va la vie au pays
où les hommes de peu
transforment les partis politiques
en quincailleries pour maintenir le cycle
D'un business appelé militance.
qui va de la politique aux droits humains.

On imagine combien des médias responsables seraient utiles pour dénoncer cette imposture militante. Mais comme le business est rentable, comme ici c'est la logique de la réussite qui est valorisée et médiatisée et comme, en tout modèle d'affaires, il faut une dimension publicitaire, alors les médias deviennent de préférence  l'élément de support, le pivot marketing du business. Dès lors, il appartient aux citoyens de trouver les clés, à travers de nouveaux outils, pour briser le cycle de ce business de la militance et forcer l'emergence d'une intelligence citoyenne pour des succès collectifs.

Voici le billet de la semaine paru sous le titre : Vers l'émergence d'une intelligence citoyenne.


Erno Renoncourt

Haïti, la quadrature de la corruption

corruption

Notre dossier de la semaine porte sur la corruption.

Merci de votre lecture.


Lire l'article

Pour une autre IDÉE de l'intelligence en Haïti

Une autre idée de l'intelligence
    A l'heure où Haïti sombre sous le poids d'une insoutenable indigence, il est devenu urgent, à l'aube de cette nouvelle année 2018, de questionner les fondements de l'intelligence haitienne pour comprendre quelle est la fonction du savoir dans le devenir d'un peuple.

    Comme toujours, je n'ai pas de fleurs à offrir, mais des épines à partager, car le bilan de notre patrimoine culturel, combien lourd d'un passif d'indignité, ne nous autorise guère à la complaisance et aux pseudo-congratulations. Du reste, le paysage humain et institutionnel haïtien interdit de célébrer toute réussite qui eut pu justifier l'attribution de lauriers. Et ceux qui croient avoir des raisons de célébrer leur succès doivent humainement se questionner, car seule la pourriture prospère dans un milieu où foisonnent les ordures.

     Oui, comme vous vous en doutez, il n’y aura pas de trêve même à Noël. Certaines batailles exigent la permanence de la pugnacité, car c’est la constance qui donne la légitimité.

Bonne lecture

Un cri merdique

Etat de merde

Voici un cri merdique que je partage avec vous en ce dimanche 14 janvier 2018, pour laisser retentir ma colère et mon indignation d’habiter un trou à rats. Quoi qu’il laisse présager comme tonalité merdique, Il n’a pas pour autant la prétention de répondre à la polémique créée par les propos du génie insulteur qui, laissant échapper sa furie, a qualifié Haïti, le Salvador et l’Afrique de trou de merde.

Ma démarche se veut pédagogique. Qu'importe que le génie insulteur ait raison ou tort, il n’en faut pas moins contextualiser son discours, pour assumer la part de vérité qu’il contient. Il s’agit aussi de s'en inspirer pour nous réapproprier notre dignité effritée par notre passivité et nos complicités, pour nous reprendre en mains et nous projeter dans l'avenir par d’intelligentes résolutions pour surprendre ceux et celles qui nous chient dessus, mais aussi ceux et celles qui nous pissent dessus en nous faisant croire que c’est de l’eau bénite tout en se gavant à l’envi de nos ressources merdiques. Forcément, ce statut de trou de merde, attribué à tort ou reconnu à raison à Haïti, résonne comme un écho de bilan. Et tout bilan se structure en termes de passif et d’actif. En termes de ceux qui subissent la merde et de ceux qui s'en gavent.

Voilà donc le cri que je porte à vos oreilles en ce dimanche après-midi. Je le qualifie de merdique , car il vient d’un citoyen qui habite un trou de merde, qui en a marre de respirer la merde qu’on lui impose et qui veut s’en débarrasser sans avoir des envies d’ailleurs. Et comme disait l’autre Victor Hugo, celui qui s’est racheté d’avoir craché aussi à un moment sur les noirs, « c’est l’enfer des uns qui nourrit, structure et colore le paradis des autres ». Ce qui invite à se demander ce que serait la vermine qui se nourrit de la pourriture sans les ordures ?

Mille excuses pour les relents merdiques qui retentiront dans le texte sous le lien ci-dessous et bonne lecture malgré tout.



Retour au menu du blogue                                                                                      Lire l'article

De quelle image d'Haïti êtes-vous fier/fière ?

Quel Haïti
Quel Haïti ?

A l’heure où enfle la polémique sur le statut merdique ou paradisiaque d’Haïti par images interposées, il y a lieu de se poser une intelligente question :

De quelle image d’Haïti êtes-vous fier/fière ? Ou Mieux à quelle Haïti appartenez-vous ? La question est pertinente pour autant qu’elle permet de comprendre pourquoi on se complait à présenter telle image à telle autre. Elle renvoie aussi une information capitale : quelle est la quantité d’incertitude qu’on peut tolérer et qui en retour mesure notre degré de tolérance vis-à-vis de la médiocrité ?

Voici un petit tour de réflexion pour lancer le débat sur notre volonté à nous assumer pour nous transformer par-delà les clichés merdiques ou paradisiaques.

Bonne lecture, lisez et partagez pour amplifier l’écho de cette urgente nécessité pour s’engager pour une Haïti moins indigente.


Retour au menu                                                                                                   Lire l'article


Du tableau de cheminement de la magistrature à la qualité de la justice : une innovation à exploiter !

tableau cheminement magistrature
Le CSPJ vient de prendre l'exécutif en plein délit d'imposture sur le dossier de nomination des juges. Alors que le Président de la République disait à Paris qu'on l'avait forcé à nommer des juges corrompus, voici que son ministre de la justice procède à une vague incontrôlée de nominations dans les tribunaux, si l'on en croit la correspondance adressée par le président du CSPJ au ministre en guise d'alerte.
Mais qui se soucie en Haïti du processus de nomination des juges? Selon quels critères sont-ils nommés? Avec quel niveau de transparence? Quels outils et quelle méthodologie fondent la rationalité du processus décisionnel de cheminement dans la magistrature ?
Que plus de 11 millions de gens se soucient si peu du processus de cheminement des juges, entre les mains de qui se trouvent leur honneur et leur liberté, dénote le peu d'honneur et d’attachement à la liberté de ces gens...à moins qu'ils se savent tous intouchables parce que bénéficiant de hautes complicités venant d'un puissant réseau d'accointances auquel appartiennent les juges !
Voici un lien pour saisir les enjeux de pouvoir qui sous tendent le cheminement des juges dans la magistrature, mais aussi pour promouvoir les outils d'innovation pour la Gouvernance Judiciaire en Haïti. 


Bonne lecture..

Plus...


Réforme de l'État: du spectacle à la vision, que de chemin il reste !

ReformeEtat

Dans un show maitrisé, les maitres du spectacle nous en ont mis plein les yeux sur la réforme de l’État…..Ils ont assuré….
Mais après le show, le spectacle, les lumières et les postures, voici une analyse lucide et objective pour appréhender les axes stratégiques d'une vraie réforme de l'État......
dans la lignée de notre insoumission et de notre pensée critique.
Nous restons convaincus que « toute connaissance est une réponse à une question » insolente ou provocante……et que toute vérité scientifique reste une erreur rectifiée par la critique.
Que ceux qui pensent l'État au-delà des clans et au-delà des flatteries prennent le temps de lire et de comprendre....Cela fera forcément une bonne lecture pour le weekend.

Bonne lecture.

Lire l'article....

Tout le contenu du présent site www.integraledatstats.net est la propriété exclusive de Integrale Data And Stats et est soumis aux droits de la propriété intellectuelle. Il est formellement interdit de reproduire ce contenu à quelque fin commerciale que ce soit. Pour toute autre utilisation, merci de contacter l'administration de Integrale Data And Stats.